Contribuez à SecuObs en envoyant des bitcoins ou des dogecoins.
Nouveaux articles (fr): 1pwnthhW21zdnQ5WucjmnF3pk9puT5fDF
Amélioration du site: 1hckU85orcGCm8A9hk67391LCy4ECGJca

Contribute to SecuObs by sending bitcoins or dogecoins.



Avec VET, le DARPA se charge de vérifier l’intégrité des périphériques et des logiciels

Par Rédaction, secuobs.com
Le 10/12/2012


Résumé : VET (Vetting Commodity IT Software and Firmware) est un programme du DARPA qui vise à vérifier l’intégrité des périphériques et des logiciels les accompagnant. Il vise donc plus particulièrement à détecter les portes dérobées et les fonctionnalités cachées au sein de ces éléments.



De récents exemples ont démontré que la présence de portes dérobées au sein d’équipements informatiques est une problématique qui mérite d’être sérieusement prise en considération. Conscient des risques que cela implique, le DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) lance son programme VET (Vetting Commodity IT Software and Firmware).

Ce dernier vise à répondre aux craintes du Département américain de la Défense (DoD), directement concerné par les risques d’espionage. Son personnel utilise en effet quotidiennement des millions d’équipements connectés en réseau, les composants les constituant provenant du monde entier, leur intégrité a éventuellement pu être compromise.

Face à cette dépendance, s’assurer de l’ intégrité des équipements et des [micro]-logiciels les accompagnant constitue donc un impératif dans un environnement inter-connecté. Les portes dérobées, les codes malicieux et les vulnérabilités de type 0-day constituant autant de risques de fuites d’informations sensibles et de sabotages d’opérations militaires critiques.

Néanmoins déterminer la sécurité de chacun de ces périphériques est une tâche ardue que le Département américain de la Défense ne semble pas actuellement être en mesure de prendre en charge dans des délais convenables. D’où la mise en place par le DARPA du programme VET qui vise l’émergence de techniques innovantes permettant de résoudre les contraintes.

Trois grands challenges ici, le premier consistant à produire des listes de priorisation des périphériques à examiner et des classes de fonctionnalités malicieuses à rechercher. Le second s’attelant à trouver un moyen de démontrer efficacement l’absence de ces classes, quand le dernier vise lui l’application à grande échelle des procédures par des techniciens non spécialisés.

Source :

« DARPA will start testing devices and software for backdoors » sur Help Net Security News ( lien )