Contribuez à SecuObs en envoyant des bitcoins ou des dogecoins.
Nouveaux articles (fr): 1pwnthhW21zdnQ5WucjmnF3pk9puT5fDF
Amélioration du site: 1hckU85orcGCm8A9hk67391LCy4ECGJca

Contribute to SecuObs by sending bitcoins or dogecoins.

Chercher :
Newsletter :  


Revues :
- Presse
- Presse FR
- Vidéos
- Twitter
- Secuobs





Sommaires :
- Tendances
- Failles
- Virus
- Concours
- Reportages
- Acteurs
- Outils
- Breves
- Infrastructures
- Livres
- Tutoriels
- Interviews
- Podcasts
- Communiques
- USBsploit
- Commentaires


Revue Presse:
- Tous
- Francophone
- Par mot clé
- Par site
- Le tagwall


Top bi-hebdo:
- Ensemble
- Articles
- Revue
- Videos
- Twitter
- Auteurs


Articles :
- Par mot clé
- Par auteur
- Par organisme
- Le tagwall


Videos :
- Toutes
- Par mot clé
- Par site
- Le tagwall


Twitter :
- Tous
- Par mot clé
- Par compte
- Le tagwall


Commentaires :
- Breves
- Virus
- Failles
- Outils
- Tutoriels
- Tendances
- Acteurs
- Reportages
- Infrastructures
- Interviews
- Concours
- Livres
- Communiques


RSS/XML :
- Articles
- Commentaires
- Revue
- Revue FR
- Videos
- Twitter


RSS SecuObs :
- sécurité
- exploit
- windows
- attaque
- outil
- microsoft


RSS Revue :
- security
- microsoft
- windows
- hacker
- attack
- network


RSS Videos :
- curit
- security
- biomet
- metasploit
- biometric
- cking


RSS Twitter :
- security
- linux
- botnet
- attack
- metasploit
- cisco


RSS Comments :
- Breves
- Virus
- Failles
- Outils
- Tutoriels
- Tendances
- Acteurs
- Reportages
- Infrastructures
- Interviews
- Concours
- Livres
- Communiques


RSS OPML :
- Français
- International











Revue de presse francophone :
- Appaloosa AppDome nouent un partenariat pour accompagner les entreprises dans le déploiement et la protection des applications mobiles
- D-Link offre une avec un routeur VPN sans fil AC
- 19 mai Paris Petit-Déjeuner Coreye Développer son business à l'abri des cyberattaques
- POYNTING PRESENTE LA NOUVELLE ANTENNE OMNI-291, SPECIALE MILIEU MARITIME, CÔTIER ET MILIEU HUMIDE
- Flexera Software Les utilisateurs français de PC progressent dans l'application de correctifs logiciels, mais des défis de tailles subsistent
- Riverbed lance SD-WAN basé sur le cloud
- Fujitsu multi-récompensé VMware lui décerne plusieurs Partner Innovation Awards à l'occasion du Partner Leadership Summit
- Zscaler Private Access sécuriser l'accès à distance en supprimant les risques inhérents aux réseaux privés virtuels
- QNAP annonce la sortie de QTS 4.2.1
- Une enquête réalisée par la société de cyber sécurité F-Secure a décelé des milliers de vulnérabilités graves, potentiellement utilisables par des cyber criminels pour infiltrer l'infrastru
- Trouver le juste équilibre entre une infrastructure dédiée et cloud le dilemme de la distribution numérique
- 3 juin - Fleurance - Cybersécurité Territoires
- Cyber-assurances Seules 40 pourcents des entreprises françaises sont couvertes contre les violations de sécurité et les pertes de données
- Des étudiants de l'ESIEA inventent CheckMyHTTPS un logiciel qui vérifie que vos connexions WEB sécurisées ne sont pas interceptées
- Les produits OmniSwitch d'Alcatel-Lucent Enterprise ALE gagnent en sécurité pour lutter contre les cyber-attaques modernes

Dernier articles de SecuObs :
- DIP, solution de partage d'informations automatisée
- Sqreen, protection applicative intelligente de nouvelle génération
- Renaud Bidou (Deny All): "L'innovation dans le domaine des WAFs s'oriente vers plus de bon sens et d'intelligence, plus de flexibilité et plus d'ergonomie"
- Mises à jour en perspective pour le système Vigik
- Les russes ont-ils pwn le système AEGIS ?
- Le ministère de l'intérieur censure une conférence au Canada
- Saut d'air gap, audit de firmware et (in)sécurité mobile au programme de Cansecwest 2014
- GCHQ: Le JTRIG torpille Anonymous qui torpille le JTRIG (ou pas)
- #FIC2014: Entrée en territoire inconnu
- Le Sénat investit dans les monnaies virtuelles

Revue de presse internationale :
- VEHICLE CYBERSECURITY DOT and Industry Have Efforts Under Way, but DOT Needs to Define Its Role in Responding to a Real-world Attack
- Demand letter served on poll body over disastrous Comeleak breach
- The Minimin Aims To Be The Simplest Theremin
- Hacking group PLATINUM used Windows own patching system against it
- Hacker With Victims in 100 Nations Gets 7 Years in Prison
- HPR2018 How to make Komboucha Tea
- Circuit Bender Artist bends Fresnel Lens for Art
- FBI Director Suggests iPhone Hacking Method May Remain Secret
- 2016 Hack Miami Conference May 13-15, 2016
- 8-bit Video Wall Made From 160 Gaming Keyboards
- In An Era Of Decline, News Sites Can t Afford Poor Web Performance
- BeautifulPeople.com experiences data breach 1m affected
- Swedish Air Space Infringed, Aircraft Not Required
- Why cybercriminals attack healthcare more than any other industry
- Setting the Benchmark in the Network Security Forensics Industry

Annuaire des videos
- FUZZING ON LINE PART THREE
- Official Maltego tutorial 5 Writing your own transforms
- Official Maltego tutorial 6 Integrating with SQL DBs
- Official Maltego tutorial 3 Importing CSVs spreadsheets
- install zeus botnet
- Eloy Magalhaes
- Official Maltego tutorial 1 Google s websites
- Official Maltego tutorial 4 Social Networks
- Blind String SQL Injection
- backdoor linux root from r57 php shell VPS khg crew redc00de
- How To Attaque Pc With Back Track 5 In Arabique
- RSA Todd Schomburg talks about Roundup Ready lines available in 2013
- Nessus Diagnostics Troubleshooting
- Panda Security Vidcast Panda GateDefender Performa Parte 2 de 2
- MultiPyInjector Shellcode Injection

Revue Twitter
- RT @fpalumbo: Cisco consistently leading the way ? buys vCider to boost its distributed cloud vision #CiscoONE
- @mckeay Looks odd... not much to go on (prob some slideshow/vid app under Linux)
- [SuggestedReading] Using the HTML5 Fullscreen API for Phishing Attacks
- RT @BrianHonan: Our problems are not technical but cultural. OWASP top 10 has not changed over the years @joshcorman #RSAC
- RT @mikko: Wow. Apple kernels actually have a function called PE_i_can_has_debugger:
- [Blog Spam] Metasploit and PowerShell payloads
- PinkiePie Strikes Again, Compromises Google Chrome in Pwnium Contest at Hack in the Box: For the second time thi...
- @mikko @fslabs y'all wldn't happen to have lat/long data sets for other botnets, wld you? Doing some research (free/open info rls when done)
- RT @nickhacks: Want to crash a remote host running Snow Leopard? Just use: nmap -P0 -6 --script=targets-ipv6-multicast-mld #wishiwaskidding
- An inexpensive proxy service called is actually a front for #malware distribution -

Mini-Tagwall
Revue de presse : security, microsoft, windows, hacker, attack, network, vulnerability, google, exploit, malware, internet, remote, iphone

+ de mots clés pour la revue de presse

Annuaires des videos : curit, security, biomet, metasploit, biometric, cking, password, windows, botnet, defcon, tutorial, crypt, xploit

+ de mots clés pour les videos

Revue Twitter : security, linux, botnet, attack, metasploit, cisco, defcon, phish, exploit, google, inject, server, firewall

+ de mots clés pour la revue Twitter

Top bi-hebdo des articles de SecuObs
- [Ettercap – Partie 2] Ettercap par l'exemple - Man In the Middle et SSL sniffing
- [Infratech - release] version 0.6 de Bluetooth Stack Smasher
- [IDS Snort Windows – Partie 2] Installation et configuration
- [Infratech - vulnérabilité] Nouvelle version 0.8 de Bluetooth Stack Smasher
- Mises à jour en perspective pour le système Vigik
- USBDumper 2 nouvelle version nouvelles fonctions !
- EFIPW récupère automatiquement le mot de passe BIOS EFI des Macbook Pro avec processeurs Intel
- La sécurité des clés USB mise à mal par USBDUMPER
- Une faille critique de Firefox expose les utilisateurs de Tor Browser Bundle
- Installation sécurisée d'Apache Openssl, Php4, Mysql, Mod_ssl, Mod_rewrite, Mod_perl , Mod_security

Top bi-hebdo de la revue de presse
- StackScrambler and the Tale of a Packet Parsing Bug

Top bi-hebdo de l'annuaire des videos
- DC++ Botnet. How To DDos A Hub With Fake IPs.
- Comment creer un server botnet!!!!(Réseau de pc zombies)
- Defcon 14 Hard Drive Recovery Part 3

Top bi-hebdo de la revue Twitter
- RT @secureideas: I believe that all the XSS flaws announced are fixed in CVS. Will test again tomorrow if so, release 1.4.3. #BASESnort
- Currently, we do not support 100% of the advanced PDF features found in Adobe Reader... At least that's a good idea.
- VPN (google): German Foreign Office Selects Orange Business for Terrestrial Wide: Full
- @DisK0nn3cT Not really, mostly permission issues/info leak...they've had a couple of XSS vulns but nothing direct.
- Swatting phreaker swatted and heading to jail: A 19-year-old American has been sentenced to eleven years in pris..
- RT @fjserna You are not a true hacker if the calc.exe payload is not the scientific one... infosuck.org/0x0035.png

Top des articles les plus commentés
- [Metasploit 2.x – Partie 1] Introduction et présentation
- Microsoft !Exploitable un nouvel outil gratuit pour aider les développeurs à évaluer automatiquement les risques
- Webshag, un outil d'audit de serveur web
- Les navigateurs internet, des mini-systèmes d’exploitation hors de contrôle ?
- Yellowsn0w un utilitaire de déblocage SIM pour le firmware 2.2 des Iphone 3G
- CAINE un Live[CD|USB] pour faciliter la recherche légale de preuves numériques de compromission
- Nessus 4.0 placé sous le signe de la performance, de l'unification et de la personnalisation
- [Renforcement des fonctions de sécurité du noyau Linux – Partie 1] Présentation
- [IDS Snort Windows – Partie 1] Introduction aux IDS et à SNORT
- Origami pour forger, analyser et manipuler des fichiers PDF malicieux

Tutoriels

English version with Google Translate

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 5] Exploitation de Google Desktop et exécution distante de code

Par Krysztof Kozlowski, hakin9
Le 22/10/2007


Résumé : Retrouvez ici les explications théoriques sur l'exploitation de la faille Google Desktop et Microsoft Internet Explorer, faille qui a déjà été présentée de façon générale dans la troisième partie de ce dossier, rappelons qu'elle permet de divulguer à travers MSIE6 des informations sensibles via les résultats d'indexation des fichiers et des messages locaux par Google Desktop. - Lire l'article



Afin de montrer comment on pouvait profiter de cette faiblesse, on pouvait préparé un script qui exploitait Google Desktop Search (GDS) pour chercher et intercepter les données privées des utilisateurs via une page distante. Une des caractéristiques de GDS était le fragment du code qui était utilisé pour l'indexation des données de l'utilisateur ; pour l'indexation il prenait en compte l'ensemble des documents, des messages électroniques, etc etc.

Une fois les données indexées, l'utilisateur pouvait faire des recherches dans les fichiers à l'aide de l'interface similaire à celle dont était dotée à l'époque Google.com. La recherche s'effectuait à l'aide du serveur http installé sur un ordinateur local ; le serveur écoutait sur le port 4664 et il n'était relié qu'à l'ordinateur local 127.0.0.1, ce qui rendait impossible la connexion directe depuis l'extérieur.

Google ayant ajouté également une protection supplémentaire pour rendre impossible l'accès des parties externes au serveur local d'où le fait que les tentatives d'exploiter les failles XSS simples échouaient. Pour accéder à l'interface GDS, on générait une clé pseudo aléatoire à transmettre en paramètre dans l'adresse URL.

La clé était générée au moment où l'utilisateur cliquait sur l'icône GDS et le navigateur par défaut se connectait au serveur en utilisant la clé générée. Si la clé était erronée ou absente, GDS ne permettait d'effectuer aucune requête et retournait un message d'erreur. Dans un tel cas, le navigateur ne pouvait accéder qu'à une image au format gif (le logo de Google).

Google a de plus intégré GDS à Google.com ; après l'installation de GDS, on voyait s'afficher un lien dans Google.com au dessus du champ de requête. Le lien s'appelait Desktop, il menait à l'adresse URL du serveur local et contenait une clé. Grâce à cela, l'utilisateur pouvait passer à la recherche des fichiers locaux sans remarquer qu'il quittait la page de Google. Le lien desktop ne provenait pas en fait de Google mais il était injecté directement par GDS via un plug-in du navigateur dès qu'il considérait qu'on visitait une page Google.

Cette démarche était censé protéger l'utilisation contre la sortie de la clé vers l'extérieur. Afin de se servir de la faille de GDS, l'attaquant devait trouver dans un premier temps la clé. Il était difficile d'accéder au serveur local sans cette clé ; comme il a déjà été mentionné, la clé existait dans un lien sur la page de Google, c'est donc l'endroit où on l'on pouvait la récupérer à l'aide d'une attaque de type CSSXSS.

Vu la conception à l'époque des pages Google, l'interception du lien n'était pas possible sur la plupart de ses pages ; malgré cela, il existait une technique utilisant ce lien qui pouvait être détourné via la page Google News et le FQDN news.google.com. Il suffisait alors d'injecter des caractères de type accolades dans la requête transportée par l'URL ; il était ensuite nécessaire de récupérer la clé à l'aide d'expressions régulières et de l'importation CSS sur l'adresse du serveur local.

Il était également possible d'ajouter une accolade à la requête afin de voir les résultats s'afficher aussi dans la propriété cssText après l'analyse par CSS. Ce caractère était ignoré par le moteur du navigateur et n'influençait pas les résultats.

Cet exemple fonctionnait avec la version la plus récente (correctifs inclus) de Microsoft Internet Explorer (avec les paramètres de protection et d'options privées par défaut) et avec la version 2 de Google Desktop ; il ne fonctionnait pas avec d'autres navigateurs à moins qu'ils ne soient que des sur-couches à Microsoft Internet Explorer.

Les résultats pouvaient être aussi différents en fonction de la version linguistique et de la conception de la page Google News du moment ainsi que du contenu du disque de la victime (et de la version linguistique de GDS).


Exécution distante du code

C'est le message bien connu « unhandled exception » qui apparaissaient dans différentes situations sous les systèmes d'exploitation Microsoft Windows. Les erreurs, dont le système d'exploitation nous informait, pouvaient permettre d'exécuter un code spécifique préparé préalablement. Avoir le contrôle sur le filtre de ces exceptions était le point le plus important pour un attaquant ; depuis la version Service Pack 2 (SP2 - lien ), certaines protections du contrôle de ces exceptions étaient apparues mais là encore malgré ces améliorations, il était toujours possible de contrôler le filtre sur les niveaux les plus élevés.

Cela était possible à cause d'une faille de conception de Microsoft Internet Explorer, et plus précisément à cause de la manière dont les filtres d'exceptions étaient liés entre eux. Cette approche était aussi restreinte car l'attaquant ne pouvait contrôler que les liaisons entre les filtres, comme le chargement ou la libération des bibliothèques. Une méthode simple consistait alors à utiliser directement les failles de Microsoft Internet Explorer.

Ces failles pouvaient être divisées en deux groupes : celles qui permettaient d'exécuter du code directement et celles qui ne le permettaient pas. Il était ainsi possible de déterminer si une faille donnée pouvait être utilisée par l'attaquant ou pas en vue de son exploitation et de la corruption d'un système d'exploitation. De nombreuses failles du premier groupe étaient cependant inoffensives car elles n'avaient rien à voir avec la mémoire tampon ; de nombreuses failles s'avéraient cependant être sensibles à leur exploitation par des attaques.

Il fallait alors réfléchir au fait qu'une faille donnée pouvait influencer l'exécution du code à l'aide d'une autre application ; à titre d'exemple, l'appel de NULL pointer faisait transgresser les droits d'accès et le gestionnaire des exceptions critiques réagissait de manière adéquate et cela à condition d'avoir une instruction appropriée lors de l'appel. Si aucun des gestionnaires ne savait quoi faire, le filtre d'exceptions du plus haut niveau était appelé ; ce filtre du nom de Unhandled Exception Filter ou UEF de plus haut niveau.

C'était kernel32!UnhandledExceptionFilter qui l'appelait (s'il avait été paramétré) ; mis à part ce mécanisme, l'attaquant n'avait pas beaucoup de choix si les autres conditions n'étaient pas remplies. Pour cette raison, le meilleur endroit afin de trouver des failles de ce type était le processus de gestion d'exceptions lui-même.

La première étape de la gestion et de la distribution des exceptions consistait à appeler les fils enregistrés pour des exceptions données ; ceci permettait de déterminer quelles exceptions étaient contrôlées et comment. Si aucune des exceptions enregistrées ne pouvait être contrôlée, il fallait trouver une méthode pour rediriger le gestionnaire d'exceptions ou son filtre. On pouvait le faire en modifiant le pointeur pour qu'il appelle le code que l'on avait préalablement défini. Depuis la sortie du Service Pack 2, il était beaucoup plus difficile d'écraser la variable globale contenant l'UEF du niveau le plus élevé.

Afin de permettre aux applica­tions de gérer les exceptions, le gestionnaire fournissait une interface pour les enregistrer. Grâce à cette interface, il était possible de récolter les informations, de récupérer et de gérer les exceptions spécifiques pour le langage donné ; afin de définir et d'enregistrer une exception, il fallait utiliser kernel32!SetUnhandledExceptionFilter qui fonctionnait de la manière suivante :

LPTOP _LEVEL _EXCEPTION _FILTER SetUnhandledExceptionFilter(
LPTOP _LEVEL _EXCEPTION _FILTER lpTopLevelExceptionFilter
);


Au moment de l'appel, cette fonction montrait l'argument lpTopLevelExceptionFilter et le code à l'aide de kernel32!RtlEncodePointer. Le résultat était stocké dans la variable globale : kernel32!BasepCurrentTopLevelFilter et redirigé à un des filtres de haut niveau. La valeur enregistrée avec la variable globale était décodée par kernel32!RtlDecodePointer et retournée à l'utilisateur. Le codage et le décodage servaient à rendre impossible pour l'attaquant l'utilisation d'une quantité supplémentaire de la mémoire pour la redirection.

La fonction kernel32!SetUnhandledExceptionFilter retournait le pointeur au niveau original élevé pour deux raisons. Premièrement, il était ainsi possible de restituer l'état dans l'avenir et deuxièmement, il était possible de créer une chaîne. Si un bloc de code inscrivait une exception en UEF, l'UEF la désinscrivait lui-même. Il l'effectuait en paramétrant la première valeur en UEF soit : kernel32!SetUnhandledExceptionFilter.

En réalité, une vraie liste d'exceptions contrôlée par les filtres n'existait pas. La méthode d'inscription était la clé pour l'attaquant. Les opérations d'inscription et de désinscription devaient être effectuées de manière symétrique. Si l'exception passait toutes les étapes et n'était pas gérée, le distributeur d'exceptions effectuait une autre opération avant de forcer l'application à se fermer.

L'une des options consistait à envoyer l'application au débogueur s'il était actif. Sinon, il devait gérer l'exception de l'intérieur ou fermer l'application si la démarche échouait. Pour rendre cela impossible à un attaquant, les applications devaient appeler le filtre d'exceptions lié au processus. Dans la plupart des cas, le résultat était le suivant : kernel32!UnhandledExceptionFilter donc l'appel de l'instruction avec l'information sur la redirection de l'exception.

Le kernel32 !UnhandledExceptionFilter réalisait en réalité deux choses. Premièrement, lorsque le débogueur n'était pas disponible, il appelait l'UEF du haut niveau pour enregistrer le processus. L'UEF du haut niveau tentait de gérer l'exception en permettant probablement à l'application de travailler, par exemple à l'aide de : EXCEPTION _ CONTINUE _ EXECUTION. Si cette démarche échouait, le processus était supprimé probablement à l'aide de EXCEPTION _ EXECUTE _ HANDLER ou bien une boîte de dialogue avec le message standard EXCEPTION _ CONTINUE _SEARCH s'affichait.

Si le débogueur était disponible, le filtre d'exceptions essayait de rediriger l'exception vers le débogueur. Dans un tel cas, l'UEF du haut niveau n'était alors pas appelé ; lors du travail effectué sur le système avec un débogueur qui était indisponible, kernel32!UnhandledExceptionFilter tentait de décoder le pointeur lié à l'UEF du plus haut niveau en appelant kernel32!RtlDecodePointer dans la variable globale, contenant UEF soit kernel32!BasepCurrentTopLevelFilter :

7c862cc1 ff35ac33887c push dword ptr [ kernel32!BasepCurrentTopLevelFilter]
7c862cc7 e8e1d6faff call kernel32!RtlDecodePointer (7c8103ad)



Si la valeur retournée par kernel32!RtlDecodePointer est différente de NULL, on appelait l'UEF décodé à ce moment là, l'information sur l'exception était alors retransmise :

7c862ccc 3bc7 cmp eax,edi
7c862cce 7415 jz kernel32!UnhandledExceptionFilter +0x15b (7c862ce5)
7c862cd0 53 push ebx
7c862cd1 ffd0 call eax



Cette valeur décidait si l'application continuait de travailler ou si elle était interrompue et si on affichait une erreur ou non. Dans la plupart des cas, les filtres d'exceptions étaient utilisés pour gérer les exceptions caractéristiques pour un langage donné.

A titre d'exemple, le code C++ enregistrait l'exception via CxxSetUnhandledExceptionFilter lors de l'initialisation CRT (C Run-Times Libraries - lien ) pendant le chargement des bibliothèques. Il désinscrivait l'exception via CxxRestoreUnhandledExceptionFilter en terminant le programme ou en libérant les bibliothèques.


NB : Il est possible de s'abonner au magazine Hakin9 et d'acheter directement le dernier numéro ou d'anciens numéros, en cliquant sur l'image ci-dessous :

Software-Wydawnictwo



Autres ressources dans ce dossier :

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 1] Introduction et rappel – lien

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 2] Présentation et statistiques - lien

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 3] Attaques sur l'application Google Desktop - lien

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 4] Cascading Style Sheets Cross Site Scripting ou CSSXSS - lien

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 6] Prise de contrôle du filtre d'exceptions critiques - lien

[Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 7] Crédits & références - lien



Les mots clés pour les articles publiés sur SecuObs : sécurité microsoft internet google
Les articles de la revue de presse sur les mots clés : microsoft internet google
Les videos sur SecuObs pour les mots clés : microsoft internet google
Les éléments de la revue Twitter pour les mots clés : microsoft internet google
Voir tous les articles de "Krysztof Kozlowski" publiés sur SecuObs (7 résultats)
Voir tous les articles publiés par l'organisme "hakin9" sur SecuObs (11 résultats)


- Article suivant : [Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 6] Prise de contrôle du filtre d'exceptions critiques
- Article précédent : [Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 4] Cascading Style Sheets Cross Site Scripting ou CSSXSS
- Article suivant dans la catégorie Tutoriels : [Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 6] Prise de contrôle du filtre d'exceptions critiques
- Article précédent dans la catégorie Tutoriels : [Sécurité avec Microsoft Internet Explorer – Partie 4] Cascading Style Sheets Cross Site Scripting ou CSSXSS

Les derniers commentaires publiés pour cet article:
- Google Password Decryptor v1.0 Released ...

Les derniers commentaires de la catégorie Tutoriels:
- UPDATE Snort 2.9.1.1 ...
- Apache Issues Patch To Stop Reverse-Proxy Bypass Attack ...
- ESRT @HackerTheDude @r0bertmart1nez @xanda @morenops - Kernel hacking the BSD way, new post ...
- ESRT @room362 - The Dirty Little Secrets They Didn't Teach You In Pentesting Class ...
- ESRT @jcran @dkarg - Metasploit Payloads VS Libemu - Alienvault Labs ...

Les derniers articles de la catégorie Tutoriels :
- PktAnon un framework pour l anonymat des traces PCAP
- [NessusWX – Partie 2] Audits et conclusion
- [NessusWX – Partie 1] Introduction, installation et configuration
- [IDS Snort Windows – Partie 4] Conclusion et webographie
- [IDS Snort Windows – Partie 3] Exemple de fichier de configuration
- [IDS Snort Windows – Partie 2] Installation et configuration
- [IDS Snort Windows – Partie 1] Introduction aux IDS et à SNORT
- [Sécurité et PHP - Partie 5] Astuces
- [Sécurité et PHP - Partie 4] Remote PHP Vulnerabilty Scanner
- [Sécurité et PHP - Partie 3] Les failles PHP




SecuToolBox :

Mini-Tagwall des articles publiés sur SecuObs :

Mini-Tagwall de l'annuaire video :

Mini-Tagwall des articles de la revue de presse :

Mini-Tagwall des Tweets de la revue Twitter :