Contribuez à SecuObs en envoyant des bitcoins ou des dogecoins.
Nouveaux articles (fr): 1pwnthhW21zdnQ5WucjmnF3pk9puT5fDF
Amélioration du site: 1hckU85orcGCm8A9hk67391LCy4ECGJca

Contribute to SecuObs by sending bitcoins or dogecoins.



[Blink - partie 1] Présentation, installation et mises à jour

Par Rédaction, secuobs.com
Le 06/09/2006


Résumé : La suite d’outils Blink se présente comme un centre de sécurité pour les systèmes d’exploitation Windows. Il peut être, au choix, déployé sur des postes utilisateurs isolés (tels les postes de particuliers) ou sur de larges infrastructures.



La société eEye ( lien ) est spécialisée dans les solutions de sécurité d’infrastructures et postes utilisateurs. Elle propose entre autres, des solutions de protection, d’analyse, ou de tests d’intrusion.

Nous tenons tout d'abord à les remercier d'avoir répondu rapidement et favorablement à notre demande de mise à disposition d'une version non limitée de la suite d'outils Blink afin de mener nos tests.

A noter qu'une version "Personal" est mise gratuitement à disposition de tous lien

Blink se présente comme un centre de sécurité pour les systèmes d’exploitation Windows. Il peut être, au choix, déployé sur des postes utilisateurs isolés (tels les postes de particuliers) ou sur de larges infrastructures.

Dans ce dernier cas, les « agents » qui sont déployés sur les différentes machines de l’infrastructure remontent les informations vers des consoles de sécurité qui centralisent les événements liés à la sécurité.

Dans le même temps, des packages ou politiques de sécurité sont « redescendus » vers les clients afin de centraliser la gestion. De plus, il est possible de remonter la journalisation vers des REM events managers.

Blink peut être vu comme un centre de sécurité évolué pour Windows. Il couvre de nombreuses menaces de sécurité et propose un firewall « système » (filtrage stateful des flux), un firewall applicatif permettant de restreindre par application, les flux sortants.

Des inspections « protocolaires » sont réalisées afin de détecter, dans plusieurs protocoles connus, des menaces telles que des tentatives d’exploitation de vulnérabilités (buffer overflows, bugs de format, etc.), des tentatives de phishing (arnaques électroniques consistant à se faire passer pour des tiers : banques, sites de ventes aux enchères, etc. afin de récupérer des données personnelles).

Une base de signatures (attaques, malwares, spywares, etc.) est très régulièrement mise à jour et permet de se prévenir d’un grand nombre d’attaques circulant sur Internet.

Il est également possible d’évaluer de façon « active » la sécurité d’une machine avec des tests de vulnérabilités locales. Un rapport détaillé est alors généré avec les contre-mesures associées permettant de corriger les vulnérabilités ou les faiblesses de la machine locale (mots de passe Lanman, NTLM v2, etc.). Cette option est en fait l’intégration partielle du produit Retina, de la même société, dans Blink.

La diversité des solutions proposées dans Blink est remarquable et le niveau de « finitions » du logiciel le rend très souple, tant dans son utilisation au niveau administration, qu’au niveau de la transparence assurée pour l’utilisateur final.

En effet, celui-ci ne nécessite aucune compétence pointue dans le domaine de la sécurité. Le niveau de personnalisation des configurations se montre cependant important, et il est par exemple aisé de rajouter des règles de filtrage, des politiques de sécurité, etc.

Grâce à ces fonctionnalités, Blink réussit le pari de toucher tant les utilisateurs novices que ceux disposant de plus de compétences dans le domaine de la sécurité.

Ce dossier présentera le produit Blink sur un poste utilisateur. Toutes les options décrites ci après peuvent être généralisées à une infrastructure via une administration centralisée.

Notons également l’abondance de la documentation fournie avec ce produit qui permet une prise en main très rapide. Des « tutoriaux » sous forme de vidéos au format flash sont également disponibles sur le site officiel d’eEye.

L’installation de Blink est très aisée et s’opère classiquement via un installer Windows. L’un des points intéressants lors de l’installation est la possibilité d’activer des mises à jours régulières par défaut. Il faudra donc cocher la checkbox prévue à cet effet :



Figure 1 : Installation de Blink



Puis le mode de remontée des alertes devra être choisi. Attention, il ne s’agit en aucun cas d’une option sans intérêt puisqu’elle influencera directement l’interaction avec l’utilisateur ou l’administrateur.

Si un utilisateur expert en sécurité pourra en effet faire la part des choses lors d’alertes remontées, et pourra connaître ou identifier l’origine des flux sortants ou des comportements suspects, un utilisateur sans connaissance particulière, aura en revanche le réflexe désormais bien connu du « j’accepte, puis je clique sur suivant puis…. » sans même lire les informations affichées.

Etant donné qu’il est difficile de décrire un comportement suspect sans fournir un minimum d’informations techniques, l’utilisateur devra donc faire des choix très importants quant à la sécurité de sa machine. Il vaut donc parfois mieux restreindre au maximum les options proposées aux utilisateurs pour s’assurer de l’effectivité de Blink.



Figure 2: Interaction de Blink avec l'utilisateur



S’ensuivent quelques éléments de configuration de Blink, tels que les différents modules à activer lors du démarrage (IPS, firewall système, firewall applicatif, protections anti-phishing, protections applicatives, etc…).

En cas de non existence d’une règle de filtrage, Blink réagira selon le mode retenu ci-dessous : « Specify the default action to take if no application level firewall rule exists ». Puis la policy par défaut du firewall système (stateful) doit être définie. Attention, il s’agit ici d’un paramètre très important !

Il est primordial de sélectionner « Deny the system permission to make the connection », sans quoi lors de la non existence d’une règle (les règles sont parcourues séquentiellement jusqu’à matcher l’une d’entre elles), un paquet serait autorisé à entrer ou sortir de l’interface réseau. Il est donc évident que le comportement à adopter est de :

1.Bloquer l’intégralité du trafic ;
2.Ajouter des règles précises sur les flux autorisés (dans le meilleur des cas : dissocier le trafic entrant et sortant en fixant une politique par défaut de type deny pour chaque sens.



Figure 3: Activation des modules Blink et politique par défaut



Lors de la fin de l’installation, un message d’information important s’affiche pour avertir l’utilisateur que, par manque de définitions de règles, le firewall sera lancé en mode passif (comprenez non actif) et que l’administrateur Blink devra l’activer manuellement après avoir défini un set de règles correspondant aux flux nécessaires sur son réseau :



Figure 4: Alerte Blink



L’outil « eEye auto-update » permet de définir la politique des mises à jour (fréquence, etc.). L’outil est disponible dans le menu Démarrer, Applications, puis dans le dossier « eEye Digital Security » :



Figure 5 : eEye auto-update



Blink se présente avec une interface soignée proche de ce qu’il est possible de trouver dans les menus accessibles dans le panneau de configuration Windows. Son ergonomie soignée rend la configuration aisée et rapide. Le menu de base (« Home » dans l’interface) regroupe les différentes fonctions que propose le logiciel :

- Filtrage « système » stateful. Il propose les fonctions classiques de firewalling, indépendantes des applications qui initient les connexions ou qui sont en écoute sur la machine locale (respectivement output et input) ;

- Filtrage applicatif permettant d’associer une application (ou un processus système) à un flux ;

- IPS (Intrusion Prevention System), permettant de bloquer, en fonctions de « signatures » prédéfinies (patterns, longueurs, valeurs contenues dans des champs spécifiques à des protocoles applicatifs, etc.) des paquets pouvant être hostiles (codes malveillants, dénis de service, ou autres) ;

- Protection contre le vol d’identité et des données sensibles (phishing) ;

* Protection anti-spywares ;
* Protection applicative : appels systèmes douteux, dépassements de tampons (buffer overflows), etc. ;
* Scanner de vulnérabilités locales ;
* White/Black lists d’hôtes, de réseaux, ou de plages d’adresses ;
* Journalisation.



Figure 6: Interface principale



L’icône « Logs » permet de visualiser l’ensemble des alertes remontées et « Options » ouvre une fenêtre regroupant l’ensemble des modes de Blink regroupés dans des onglets différents. Les chapitres suivants proposent une présentation de tous ces modes.


Les autres ressources de ce dossier :

[Blink - partie 2] Configuration du filtrage réseau & du filtrage applicatif - lien
[Blink - partie 3] Protection contre le phising & Système de Détection d'intrusion - lien
[Blink - partie 4] Protection applicative, anti-spyware & journalisation - lien
[Blink - partie 5] Scanner de vulnérabilités et conclusions du dossier - lien